Présentation
 ↑  
Un peu toutes les galères qui me sont arrivées (du moins celles que j'ai pris le temps de photographier)
Et c'est pas forcément chronologique, hein !


Je crois que c'est 2004, une concentre en Vendée. En allant casser la croûte, l'axe support
d'amortisseur du panier casse net, rien que pour me gâcher le repas.
La Veuve sur un plateau, je la fais livrer chez JMB, et donc peux gâcher le repas de JM (ou de B)

www.jmb-conceptmoto.fr/

Il en rigole !
A côté, c'est Chelmi

a000.jpg

Seulement quelques jours avant la concentre, le réservoir poly fait par l'Enclume s'est mis à fuir.
Nanard m'avait donné un bô réservoir de V7 à peine cabossé que j'ai juste eu le temps de monter avant le départ.

a001.jpg


Le coup de la gaine téflon dans le coude en sortie poignée d'accélérateur

B24.jpg

___________________________________________________________________________________

Juin 2005, l'histoire du pont, texte de 2005 envoyé sur la liste de discussion Guzzi du club.
Les photos ont été ajoutées pour une meilleure compréhension. 

Au cours de l' hiver, de nombreuses modifications (pas autant tout de même
que les modifs sur les EV) ont été apportées à la Veuve Noire.
Il était prévu qu' un essai routier style Cannes-GRE-Cannes concrétiserait
la fin du chantier.
En tous cas, après, ça irait mieux.
RV pris chez les frangins pour la purge des freins, car pas facile à faire
avec un appareillage basique.

Je décolle donc mercredi matin, pour être de retour vers Barcelo le samedi
soir et retrouver dimanche matin Andrea à la Bonnette.
Je ne vais pas fort, car peu de frein, mais même sans attaquer, cette brêle
est plaisante, le temps est magnifique, le paysage aussi.
Je croise beaucoup de HD, il y aura un machin HD vers St.Trop'.
L' étape du soir se fera à Briançon chez Christophe et Laurence, je prends
le chemin des écoliers et la D900 en sortant de Digne, prévoyant un casse
croûte au bord du lac de Serre-Ponçon.
Route fort plaisante, quand soudain ma roue AR se bloque, le side part en
travers, je vois le pneu AR qui fume et c' est fini,je suis arrêté sur le
côté D de la route, mais ne peux ni avancer, ni reculer, "c' est" bloqué.
J' ai à peine retiré le casque qu' un motard en CBR s' arrête, puis un
caisseux, et à 3, nous ripons le side sur le bas-côté.
Je suis seul, très peu de trafic sur cette route, tiens, je suis juste en
face du panneau "col de Maure, 1340 m".
Je ne comprends pas pourquoi le bazar s' est bloqué, j' ai laissé une trace
de gomme d' environ 50 m de long, dont une bonne 40taine en plein gauche,
finalement, c' est bien, le peu de trafic ici.

A281.jpg

B10.jpg

B12.jpg

Mon voyage s' arrête là, l' assistance va m' assister.
La Veuve est chargée sur un plateau, et déposée à Digne dans la cour d' un
bouclard Yam qui m' accueille fort aimablement et me permet de mécaniquer
dans mon coin.
Installé à l' ombre, je dépose l' ensemble roue-arbre-disque-étrier-pont qui
pèse un âne mort, c' est bien le pont qui est bloqué, et alors que je le
retourne pour en vider l' huile, pas la moindre goutte ne s' en échappe.
J' ai donc trouvé la panne !

A284.jpg

A285.jpg

Je replie mon bazar, un taxi va me conduire à la maison où je pourrais
refaire un pont, et me dépanner, quoi !
Jeudi, 10H du matin, le "nouveau pont" est prêt, l' autre est carrément
mort, les galets se sont soudés au corps de roulement, le pignon s' est
affûté comme une lame sur la couronne.
Bon, va y en avoir, surtout sur Tek, qui vont dire :
<<T' as pas entendu les roulements qui râlaient ?>>
Ben non, car le pont, il est entre 2 gros trucs que l' on désigne
habituellement du terme de "silencieux" même si c' est pas vrai.
Donc, un pont "tient " plus de 100 km sans huile.

B13.jpg

B14.jpg

B15.jpg

B17.jpg

B18.jpg

Le reste de la journée se passe à diverses tâches, et vendredi matin, mon
nouveau pont sous le bras, et son BIDON D'HUILE, direction Digne, où je
retrouve ma belle qui m' attendait.
Le remontage s' effectue sans encombre, je n' oublie pas le remplissage d'
huile cette fois-ci, les outils sont rentrés, les adieux faits, casqué et
blousonné, je m' assieds, tourne la clé, BROUM fait le moteur.
Je débraie, rentre la 1ère, CLAK fait la boîte.
J' embraie doucement sur un filet de gaz, -RIEN- fait le side.
Je re-mets la 1ère, et -RIEN-
Les 5 vitesses y passent, je les entends, mais la bête ne bouge pas.
Là, je rigole plus, je vois déjà la BV ouverte, ses entrailles malmenées
répandues au sol, mais pas question de faire ça sur place, il faut déplacer
la Veuve....

Notre sympathique héros va-t-il arriver au terme de son voyage ?
Va-t-il supporter longtemps cette vie (déjà hier, il a sauté le déjeuner)
(le dîner pour nos amis belges)
La boîte est elle complètement explosée ?
L' agent local Yamaha va-t-il faire une reprise sur la Veuve pour vendre un
Mixer ?

Vous le saurez demain en suivant un nouvel épisode des vacances de JN !
-TSINNN-
Et maintenant, une page de publicité

Résumé des épisodes précédents :

Suite aux légers problèmes mécaniques survenus à son puissant attelage,
notre héros n' a pas déjeuné le mercredi précédent.
Bien que tournant, le moteur ne parvient pas à libérer le moindre atome de
sa puissance dans la transmission.

Il faut prendre une décision rapidement, il est presque midi et pas question
de tout ouvrir sur place.
Coup de fil à Jacky, qui m' a parlé d' un copain-qui-a-un-camion, c' est en
principe OK pour le samedi, , mais, inquiet de l' état de la BV, j' en
oublie le déjeuner et rejoins Grenoble dans l' aprés midi.

Samedi matin, temps splendide, le petit Renault hayon roule fort bien, il y
a vraiment eu beaucoup de progrès depuis le GMC !
Un peu avant midi, retrouvons la Veuve à Digne, mais comment la hisser dans
le camion, elle est bien trop grande pour tenir sur le hayon !
C' est là que le patron du snack d' en face nous lance :
<<Utilisez donc mes rampes, et ça ira tout seul !>>
En effet, il est aussi motard et comme il l' a dit, les rampes prolongent
idéalement le hayon.
D' autres motards se sont arrêtés pour regarder (on se demande pourquoi) et
en 2 minutes, le side est dans le camion.
J' exige que l' on déjeune avant le départ (me suis déjà fait avoir 2 fois
cette semaine) nous nous asseyons au snack, à une table où se trouve déjà
une jolie jeune fille, je paye l' apéro au boss, à la jeune fille à qui j'
explique mes aventures.
Comme elle ne peut voir le side, je lui montre une photo.
Le voyage retour s' effectue sans histoire, la Veuve entre en atelier chez
les Frangins, démontage de l' ensemble roue-pont (j' ai vraiment l'
habitude), et là, en dégageant le pont, le manchon cannelé ne vient pas
avec, fébrilement je l' attrape par le bout des cannelures.
L' arbre est intact, le circlip "du bas" de l' arbre de transmission a
dégagé, le manchon a coulissé jusqu' à interrompre la transmission.
Z-avez suivi ?
Je suis ' achement content, car la BV n' a rien, la seule pièce à remplacer
étant un bête circlip !
Bon, c' est samedi soir, on ferme et on verra lundi matin.

A296.jpg

A297.jpg

Je squatte chez Tom et Chantal, et lundi, remontage, échange des plaquettes,
purge interminable des freins dûe  à nombreux petits problèmes, etc...
Le remontage est soigné et ne s' achève qu' en fin d' après midi.
Un bref essai confirme la bonne tenue des freins, mais nous commandons un
autre jeu de plaquettes devant être livré mardi matin.
Mardi matin, pas de plaquettes, le fournisseur m' a oublié, pas grave, ça
freine déjà bien comme ça, je fais mes adieux.
Je tourne la clé.
VROUM fait le moteur
CLAK fait la boîte
SCHHHHH fait la Veuve en avançant majestueusement.
(Là, j' ai besoin de conseil en onomatopation, car je n' ai rien trouvé de
mieux que "SCHHH".)
Mais faut dire qu' il pleut, "SCHHH" c' est le bruit que font les roues sur
le mouillé, il faudrait y rajouter celui du moteur mais je ne sais pas faire
ça.
Et onomatoper un silence, z-avez déjà essayé ?
C'est pas tout, chuis pas d' ici, faut rentrer.
Il pleut même grââve, bouchon sur la rocade, mon tout nouveau radiateur d'
huile fonctionne trop bien, j' ai été obligé de placer un carton devant pour
modérer ses ardeurs.
Enfin, la Napoléon, elle est vraiment superbe, cette route, j' ai par
moments des problèmes de vision tellement il pleut fort, les freins vont
bien, mes nouveaux pneus aussi (Avon ZV 3, si, si !) le moteur tire fort
aussi, merci Claude, ton compte tours va super !
Et maintenant, clin d' oeil à Léon.
Peu avant Sisteron, pétarades à G, de celles dûes à une arrivée irrégulière
d' essence, bon sang, j' ai oublié de faire le plein !!!
En cascaillant (TM) le réservoir, je parviens à franchir le pont sur la
Durance juste au pied de la côte qui mène à l' entrée de Sisteron.
Je gare la Veuve bien sur le côté, descends, retire mon casque et commence à
maudire le fait que toutes les pompes  sont de l' autre côté du bled.
Mais une auto s' arrête à ma hauteur, la vitre se baisse, c' est la jolie
jeune fille du snack à Digne qui me dit :
<<J' ai reconnu l' engin de la photo, vous êtes encore en panne ?>>
Elle ne travaille pas ce jour là et est venue visiter une amie à Sisteron,
c' est vraiment mon jour de chance car elle me conduit jusqu' à une station,
et me ramène à ma Veuve avec mon bidon de 5 litres !
Entre Sisteron et Château-Arnoux, vers le restau, un radar vous accueille
désormais, et je crois dans les 2 sens, Vorsicht !
Voilà, je suis bien rentré, la pluie s' est arrêtée un peu avant Grasse, je
crois qu' avec ce que j' ai reçu ce jour, on pourrait remplir un bassin à
cachalots !

L' histoire n' est pas bien grande, mais elle est véridique, je n' ai pas
cité tout le monde, mais vous avez remarqué le pourcentage d' amitié
qu 'elle contient ?

JN-heureux

__________________________________________________________________________________

B3.jpg

__________________________________________________________________________________________________________

Fuite d'essence par la vis de cuve

B29.jpg


B30.jpg


Date de création : 08/02/2011 @ 18:14
Dernière modification : 28/11/2012 @ 15:44
Catégorie : Présentation - Pannes, bévues et boulettes
Page lue 2570 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !