Présentation
 ↑  

Réécrit en 2011, plus moyen de retrouver ce que j'avais pondu au retour !
J'espère ne pas trop en oublier...


Re-la Pologne !
Cette fois-ci, avec la Veuve.
Patrick, que l'on nomme désormais le renégat, roule maintenant sur une BM 1150GS.
Itinéraire habituel jusqu'à Mandello, où nous devons retrouver Tom, parti de Grenoble sur sa flambante V11 Rosso Corsa 
Nous louons pour la nuit un bungalow au camping Mandellien

IMG_0242.jpg
























PIC00100.jpg
























IMG0240.jpg

  Un superbe Galetto aperçu dans une mandellienne rue

IMG0262.jpg

 Nous posons fièrement devant la porte de l'usine

IMG0270.jpg

 Tom, qui est un grand timide, n'a pas voulu rester sur sa moto.


IMG0267.jpg
 
Patrick n' a pas eu droit à la photo devant la Porte. Le voici près de l'entrée du local des poubelles.

Direction l'Autriche le lendemain.
Roulons paisiblement, allons arriver sur Salzburg, quand Patrick me rattrape en me faisant des signes que je n'interprète pas.
Nous arrêtons sur un parking, et Patrick me déclare que ça fait un boucan effroyable derrière moi !
C'est le pont de la Veuve qui hurle, le big roulement doit être HS, d'ailleurs on ferait cuire un boeuf sur le pont !
Tom, qui a le guide des agents Guzzi, en trouve un à Salzburg, à une quarantaine de kilomètres.
Trop tard pour ce soir, nous prenons une chambre au Gasthaus du coin.

IMG0283.jpgIMG0284.jpg
 
Entre les deux assiettes, environ quatre minutes.
<<Burp !>>
a dit Patrick.

Arrivons le lendemain matin chez Ginzinger, le GCC local.
La veille, je ne risquais pas d'entendre les appels déchirants du roulement, la moto est bien trop bruyante !
Je pénètre donc dans le bouclard et annonce qu'il me faudra vraisemblablement un roulement et son spi.
Ach ! Kolossal ennui, ils ont bien le panneau Guzzi, mais comme ils n'en vendaient pas, des Guzzi, ils ont tout arrêté !
IMG0288.jpg

Comme j'explique que le roulement espéré est un 70x110x13, de type industrie, le magasinier téléphone chez un marchand de roulements salzbourgeois qui déclare le posséder, ainsi que le spi.
Pas de chance, c'est à l'autre bout de la ville.
Qu'à cela ne tienne, le patron enfourche une brêle et va me le quérir.
Pour mécaniquer, ils me laissent un bout de trottoir derrière le magasin.

IMG0289.jpg

Puissament motivé, surtout que Patrick me surveille, je procède à l'échange roulement et spi.

IMG0293.jpg

Les mécanos m'ont fourni l'huile, un essai dans la rue confirme que tout va bien, nous nous (enfin je) me lave les mains et demande à payer.
Ils m'ont fait rembourser le roulement (à leur prix remisé !!!) le reste étant gratuit, nous avons même eu en cadeau 2 T-shirts chacun.
J'insiste pour leur offrir une bière, ils ne veulent rien d'autre.
Vraiment sympa, l'équipe de Ginzinger Salzburg.
Depuis, je leur envoie à chaque Noël un mail pour leur présenter mes voeux et renouveler l'invitation que je leur ai faite à passer me voir à Cannes.
Cette année, le mail est revenu, pas eu moyen de les joindre.
Tout fout le camp, ma bonne dame !

C'est reparti, après tout, on n'est pas d'ici, 400 km et nous sommes à Prague, que Tom ne connaît pas.
Juste après la perte de ma ceinture lombaire, nous nous posons dans un petit hôtel

ePIC022.jpg 

Tom a voulu tout voir, il a tout photographié.
Mes pieds ont fumé dans mes bottes.
Mais que cette ville est belle !
Et elle n'a, contrairement à beaucoup d'autres, subi aucun dommage pendant la 2° GM.

ePIC025.jpg

Heureusement, les bistrots ne manquent pas, et la bière la meilleure au monde !

ePIC024.jpg

Tom ayant eu des mots avec un indigène, nous nous sommes réfugiés en Pologne

ePIC023.jpg

Je ne sais plus qui a dit : "Quand j'entends Wagner, j'ai envie d'envahir la Pologne ! ".
Nous y allons, la frontière est à une centaine de kilomètres, et encore environ 300 pour atteindre Gulcz Mtyn, là où crèche Jurek qui, comme je l'ai déjà dit, est le motard le plus polonais que je connaisse.

IMG0420.jpg

C'est la maison de Jurek.
Il y a des castors dans son lac !
Les tubes, à droite, sont des tuyères de missile Scud (véridique !)

IMG0417.jpg

On tombe bien ! A deux pas de chez lui, à Wrzeszczyna, ou bien à Jedrzejewo (vous vous en fichez, non ?) se tient la grande fête annuelle de leur motoclub.
Si vous souhaitez apprendre le polonais, rien de plus facile et allez visiter leur site:  
harleyv2.pl/


Et ils ne font pas les choses à moitié, et le chapiteau sera bien rempli !
Ce soir, ils font la fête entre eux, il n'y a pas de public, qui ne sera reçu qu' à partir du surlendemain

IMG0400.jpg


0403.jpg

En 2000, j'avais déjà constaté le fait que les Polonais ne font que peu confiance à leur béquille

0436.jpg

Ilest vrai que les pneus ne sont pas très chers...


0440.jpg

Y a quand même pas que des HD !


PIC00013.jpg

Elles sont folles de la Veuve Noire !

0445.jpg

Jurek est à ma gauche.
Quel honneur pour leur manifestation que de pouvoir accueillir un Président étranger accompagné de ses ambassadeurs !


0448.jpg

Un des potes de Jurek, désolé, j'ai oublié son nom ! Vu le gabarit, vaut mieux pas tenter de lui expliquer que les HD sont des brêles de lopette ! 

0464.jpg

Je voudrais expliquer ici qu'il est inexact de prétendre que les Slaves ont les yeux bleus.
En réalité, ils sont rouges.


PIC029.jpg

Le matin, j'ai retrouvé des petites culottes dans le panier...

Le voyage devait se continuer en direction de Goldap, à la limite nord-est de la Pologne, proche de la frontière de l'enclave russe de Kaliningrad, et à une centaine de kilomètres de la Lituanie.
A Goldap devait avoir lieu un rassemblement MotoGuzzi.
Nous en avions parlé entre cinq bières avec nos amis pendant la nuit précédente :
Leur réponse a été plus qu'unanime :
"N' allez pas là-bas !"
Pour y parvenir, il n'y a qu'une seule route, dans un état épouvantable, et parcourue inlassablement par des milliers de camions.
C'est le trajet le plus fréquenté par les poids lourds entre Russie et pays Baltes et l'Europe occidentale.
Ont suivi les descriptions d'accidents les plus effroyables dûs aux conducteurs bourrés de vodka et roulant à toc sur leurs bahuts !

J'en profite pour vous parler des trois types de routes en Pologne:

- 1° La route dallée, formée de plaques de béton d'environ 8x3 m, les plaques étant reliées par un joint de 5 ou 6 cm de largeur.
Ce joint a disparu il y a belle lurette, c'est maintenant l'herbe qui pousse à sa place.
Suite aux conditions hivernales, à la fréquentation des camions ... les plaques ont bougé et il est commun d'avoir une distance et un dénivelé de quelques centimètres entre deux plaques !

IMG0589.jpg

Mais ce n'est pas le pire !

- 2° La route pavée, c'est joli dans le centre des vieilles villes médiévales, mais moins sympa sous les roues.
Ajoutons à ceci qu'elles sont superbement bombées.
Bref, tout ce qui est serré se desserre, les plombages quittent les dents et les lentilles de contact descendent par gravité.
Après une bonne trentaine de kilomètres de ce supplice, nous nous sommes arrêtés avec Tom pour
reprendre nos esprits.
Patrick s'est approché de nous en demandant :
" Ah, il y avait des pavés ?"
La fourche de sa GS est réellement efficace, il n'a pas souffert comme nous.
S 'il n'était pas aussi grand, je lui aurais bien collé une baffe !
Ben non, j'ai pas de photo, mais tout le monde a vu des pavés.

- 3° La route asphaltée, telle que nous la connaissons chez nous, mais ...
Le passage intensif des poids lourds a creusé l'empreinte de leurs roues dans le bitume.
Dans ces traces de roues, quand le bitume s'est affaissé, il s'est bien entendu relevé sur chaque bord de la trace !
Entre les points haut et bas du sillon, il y a pratiquement dix centimètres sur les portions les plus creusées.
Avec le side, plus besoin de guider, il suit la trace !
Mon carter moteur, qui est très bas, a frotté plusieurs fois !
A l'instar de notre franchouillard panneau de signalisation "Trous en formation" les Polonais placent le panneau "Koleiny "

koleiny.jpg

koleini2.jpg
J'ai piqué les images chez M. Wikipedia, et le remercie pour sa courtoisie.

Pour terminer, la règle de dépassement :
Pour dépasser un poids lourd (les caisses, c'est fastoche !) on clignote en se décalant légèrement.
On se décale légèrement parce qu'en face arrive un autre poids lourd.
Le chauffeur du bahut que l'on veut dépasser se jette (littéralement) sur le bas-côté, alors que celui qui vient en face et qui a compris la manoeuvre en fait autant.
Il reste entre les deux PL la largeur du side plus quelques centimètres de chaque côté, gazatoc en maintenant le side qui danse sur le revêtement...
Ca y est, je suis passé, je me remets sagement dans le koleini jusqu'au camion suivant ...

On ira peut-être en suivant la frontière russe depuis Gdansk.
Peu avant Gdansk, visite du château de Malbork, ancien siège social des Chevaliers Teutoniques et plus grande forteresse gothique d'Europe

malbork.jpg

PIC060.jpg

Dommage, beaucoup de salles fermées, aucune explication fournie, même pas en anglais.

PIC059.jpg

ben, WC se dit "Toaleta". Celui-ci ne se bouche pas, il est en échappement libre vers l'extérieur.

Atteignons enfin cette si belle ville de Gdansk, où nous louons un élégant bungalow, juste en face du bar du camping.

IMG612.jpg

pic156.jpg

Bungalow dont nous prenons le plus grand soin à aménager douillettement pour notre plus grand confort.

Finalement, nous n'irons pas à Goldap et préférons rester quelques jours sur place.
Quelques photos de la ville :

 

 

IMG0476.jpg

IMG0473.jpg

IMG0480.jpg

IMG0482.jpg

Ce que l'on voit sur le quai, c'est une grue.
Elle est entièrement en bois, fabriquée au XIV ème siècle pour décharger les bateaux.
Comme Beau de Rochas n'était pas encore né, elle était actionnée par des prisonniers qui crapahutaient dans une roue d'écureuil ...
Pour ceux que le doute habite :
www.google.fr/imgres

IMG0472.jpg

Les motos restent au camping, nous utilisons pour nos déplacements les transports en commun

IMG0424.jpg

On mange frugal...

IMG0497.jpg

... ou plus raffiné.

bain1.jpg

Et puis Tom a voulu aller se baigner.
Drôle d'idée, avons-nous répondu !

bain2.jpg

Elle était à 7°C, la Baltique.
Le chien qui suit Tom a mis la patte dans l'eau, a dit "Kaïski !" et s'est enfui penaud, la queue entre les jambes.
                                                                                                                                                    
bain3.jpg

Chapeau, leTom !                                                                                                                                        
plage.jpg

Autre vue de la plage, on le constate, ce n'est pas la Côte d'Azur !
Au centre de la photo, ce n'est pas un marchand de glace (y'en a pô) c'est un marchand de piwo.

A deux pas de Gdansk, il y a Gdynia, où est célébrée ce jour-là la fête de la St. Machinski.
                                                                                                                                                   
gdy1.jpg

gdy2.jpg

Il faut se faire une raison, même au bord de la Baltique, la glace fond au mois d'août.
                                                                                                                                                   
gdy3.jpg

On ne peut qu'admirer la richesse de la faune polonaise (il y a encore des bisons sauvages en Mazurie)
                                                                                                                                                   
hd1.jpg

Le dimanche, on retrouve quelques copains en HD, avec lesquels on fera une balade ponctuée de nombreux arrêts-piwo .

hd2.jpg

Nous, on est sérieux et ne buvons que de la gazowana woda.

hd3.jpg

hd4.jpg

Une des nombreuses pauses. Ici à Wladislawowo.

hd6.jpg

Il faut maintenant songer au retour.
Le départ est pour demain.
Tiens, c'est quoi cette tache sous la Veuve ? m'interroge-je.
C'est de l'huile bien claire, bien fluide.
Comme ce n'est ni huile moteur, ni de boîte, c'est donc de l'huile hydraulique !
Toutaf' ! C'est l'amortisseur arrière qui attend la veille du départ pour décéder !
Je n'essaie même pas de me dépanner, ce ne serait que perte de temps !
Nous partons donc le lendemain, je n'ai plus que le ressort qui fait ce qu'il peut, je pourrai être dépanné à Grenoble par Jmeumeu, mais Grenoble est encore à 2000 km !
Là, c'est un voyage de merde que je subis, le side "tape" à chaque bosse, j'ai l'impression que le bras oscillant est directement articulé sur ma colonne vertébrale !
C'est avec un grand plaisir que nous franchissons la frontière polonaise pour traverser Frankfurt (sur Oder, pas celui des saucisses) et arriver dans le petit bled de Müllrose, au bord du canal de la Spree.
C'est aussi à Müllrose que ma batterie ma lâche perfidement.
Bon, c'est une batterie de ouature, on va bien trouver ça sur place.
Coup de pot, il y a un petit garage, le jeune mécano avec qui je discute m'apprend qu'il a fait des vacances dans notre beau pays mais qu'il n'a pas de batterie.
Il peut m'en fournir une demain matin.
Nous prenons une chambre à l'hôtel, demain on verra...

restau.jpg

Patrick n'est pas difficile, un jarret d'un bon kilo lui a suffi.
Quand à moi, j'ai mangé pour la première fois du silure.
C'est bon, le silure, mais le boeuf est meilleur.
tom1.jpg

Le lendemain, on me livre la batterie, nous devons à présent gagner Kenzingen, étape obligatoire

tom2.jpg

Vu l'état de mes vertèbres en direct avec le bitume, décidons de rattraper au plus vite une autobahn
avant Dresden, c'est chiant l'autobahn, mais c'est mieux pour mes lombaires.
Et puis, je ne peux guère dépasser 110 - 120 km/h, c'est rageant vu que nous sommes en Allemagne !
Arrivons après 650 km sans passion à la nuit tombée.
Comme d'habitude, nous nous établissons au bord du lac.

                                                                                                                                                    lac1.jpg

Nous nous détendons un jour à Kenzingen, chacun s'occupant agréablement

lac2.jpg

Tom, qui est champion de pêche, s'est chargé de notre repas.

lac3.jpg

Patrick a longuement médité...

lac7.jpg

Et aorès une dernière nuit, sommes rentrés sur Grenoble.

lac4.jpg

A Grenoble, petite séance de mécanique pour monter l'amorto prêté par JMeumeu, et il ne restait plus que la route Napoléon jusqu'à Cannes.
Excellent voyage, bien que capricieuse, la Veuve permet de longs trajets en emportant les paquetages des copains.
Combien de kilomètres ?
Le compteur VTT n'a pas supporté !

Vivement la prochaine !

JN

Date de création : 05/02/2011 @ 15:29
Dernière modification : 10/02/2011 @ 17:43
Catégorie : Présentation - Récits de concentres, voyages, ...
Page lue 1488 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !