Présentation
 ↑  
Notre journée sur place et aux environs

D' abord, nous ne sommes pas à Mai Chau, ce village pour longs nez s' appelle Ban Lac.
Enfin, ça ne change pas grand chose.

Nam nous demande si la visite d' une usine de fabrication de "chopsticks" nous intéresse.
Nous avons compris "joysticks".
Je ne vois pas une usine de trucs électroniques au milieu de la rizière, mais ne suis plus à un étonnement près !
(pour les non anglophones, "chopstick" c' est les baguettes pour manger à l' asiatique, et "joystick" la manette de jeu électronique)

En route donc, l' usine est entre la route et la Rivière Noire.

a01.jpg

Les baguettes sont bien entendu en bambou.
La matière première est livrée par voie fluviale, il suffit de la remonter jusqu' à l' usine.
Sur la gauche, la douche du personnel.

a02.jpg

Les troncs sont ensuite débités, le "noeud" entre deux tubes est une chute.

a03.jpg

L' avancement, comme tout le reste, est manuel.

a04.jpg

Le poste de découpe.
Les chutes tombent dans un panier, les tubes étant récupérés par la madame que l' on voit accroupie, et qui les fend en deux au coupe-coupe.
Une vidéo de la découpe:
www.youtube.com/watch

a05.jpg

a07.jpg

Les tubes fendus sont ensuite apportés aux deux postes d' "emboutissage".
Un moteur actionne un piston dont l' avancée pousse le bambou à travers une sorte de filière qui le calibre.

a08.jpg

a09.jpg

a10.jpg

Bon, il ne faut à aucun poste laisser ses doigts au milieu.
Une vidéo de l' emboutissage :
www.youtube.com/watch


Les baguettes finies sont liées en fagots qui sont transportés sur le stock de produits finis.
 a11.jpg

a12.jpg

a13.jpg

Les chutes sont stockées, et seront vendues à l' industrie du papier.

a14.jpg

a15.jpg

a16.jpg

Et ça paye bien ?
Ces gens travaillent 12 à 13 heures par jour.
Le salaire mensuel correspond à 30 JOURS de TRAVAIL, et non à une période de 1 mois.
Ces 30 jours de travail sont payés 100 USD, soit 70 euros.
Les jours "maladie" ne sont pas payés, si le dispensaire est gratuit, les médicaments doivent être achetés, il n' y a pas de sécu.
Comme certains de ces ouvriers habitent loin, ils dorment sur place pour économiser le transport.
Depuis ce jour, je ne regarde plus les baguettes du restau chinois de la même manière...

Le stock de produits finis.

a17.jpg

Retour au village par une très jolie petite route

a18.jpg

a19.jpg

a20.jpg

a21.jpg

a22.jpg

a23.jpg

a24.jpg

a25.jpg

a26.jpg

a27.jpg


a28.jpg

a29.jpg

Cette maison (me souviens plus du nom, il faut que je boucle le récit avant d' avoir tout oublié) est celle des réunions politiques.
Il y en a une dans chaque village.

a30.jpg

Il est encore tôt. Nous partons à pied pour promenade dans les villages à travers la forêt et la rizière.

a31.jpg

a32.jpg

a33.jpg

Regardez bien la photo qui suit.
On ne verra pas d' autres footeux sur mon site.

a34.jpg

a35.jpg

a36.jpg

Ces fruits sont des papayes.

a37.jpg

a38.jpg

a39.jpg

Une vidéo pour "entendre" craquer le bambou.
La voix, c' est celle de Nam qui rigole en voyant Andrea filmer les bambous.
www.youtube.com/watch

a40.jpg

a41.jpg

a42.jpg

a43.jpg

a44.jpg

Repas au gîte.
Avons goûté le Da Lat blanc, il n' était hélas pas assez frais pour être mieux apprécié.
Encore un excellent repas, faut dire qu' il y en a bien pour 3 ou 4 euros...

a45.jpg

A ce prix, le poisson n' est pas au complet !

a46.jpg

Prenons le café dans une maison voisine, tout au bord de la rizière.
Les proprios recevant des amis, c' est Nam qui se charge de faire les cafés !

a47.jpg

a48.jpg

A la table d' à côté, un groupe de jeunes filles prépare son repas.

a49.jpg

Celle-là, je vous l' avais pas encore faite, c' est de la rizière by night.
C' est pas la rizière qui fume, c' est ma clope.

a50.jpg

Un magnifique (et énorme) papillon de nuit.

a51.jpg

Un jeune client nous capture une sorte de cigale.
Vu la longueur de ses ongles, il ne bosse pas dans la rizière du matin au soir !
D' ailleurs, des mâles qui bossent, on n' en voit pas beaucoup...

a52.jpg

C' est la soirée insectes, Andrea a apprivoisé une luciole.

a53.jpg

Nous regagnons notre chambre.
Engels, Marx, Staline et leurs potes ne nous empêchent pas de dormir.
Après le petit déjeuner, je demande à la patronne l' autorisation de visiter sa cuisine.

a54.jpg

La cuisinière

a55.jpg

Le cuistot nettoie un poulet

a56.jpg

Là, c' est pour les nems

a58.jpg

Et ici, pour les sauces

a59.jpg

Un mini-marché devant notre porte

a60.jpg

Et nous quittons le village et sa rizière

a61.jpg

Direction Hoa Lu, puis Tam Coc, où nous attend la belle Loan.

(à suivre...)





Date de création : 16/06/2011 @ 12:22
Dernière modification : 16/06/2011 @ 17:01
Catégorie : Présentation - Récits de concentres, voyages, ...
Page lue 1138 fois


Réactions à cet article

Réaction n°3 

par JN le 02/07/2011 @ 14:36
Mon Léon,
Contrairement à l' uri blanche, qui est la femelle de l' uri noir, il n' existe pas de mamayes.
Félicitations pour l' avoir inventée.
JN

Réaction n°2 

par Tess le 17/06/2011 @ 07:57
Joli reportage sur les baguettes, et les chinois eux inondent avec les baguettes plastoc confused

Je continue...

Réaction n°1 

par Leon le 16/06/2011 @ 17:54
Arf, maintenant tu postes en journée !

Bon, j'n'ai pas la tof de la mamaye. k

/Leon-OK-je-sors